Il était une fois

UndimancheàRolandparE-TVSport

Dimanche 9 juin, 8h du matin. Il est l’heure pour E-TV Sport de quitter son précieux couchage et de se pencher sur son « Smash of the day » ainsi que sur son « Focus on ». Après quelques minutes de réflexion et une conférence de rédaction sommaire, le Brésil-France du soir se fera smasher (avant que les Bleus ne se fassent gifler par la Seleçao) et vous aurez le droit à une session de « Surf by night » comme « Trip de la semaine ». Après s’être acquittée de sa tâche rédactionnelle dominicale, l’équipe d’E-TV Sport est enfin prête à partir.

Après 3h de route à bord de la E-TV SportCar, nous voilà arrivés Porte d’Auteuil. En ce jour de finale, il règne une effervescence palpable aux alentours du stade de Roland Garros. Evidemment, elle aurait surement été décuplée si Jo-Wilfried Tsonga avait renversé le haut plateau Ferrer. Et qui sait ce qui aurait pu se passer face à la montagne Nadal…Mais ne nous égarons pas dans du tennis fiction et revenons à la porte W et à notre entrée dans le temple de la terre-battue.

Affichant 14h à notre montre, nous nous décidons à esquiver le double dames sur le central et nous rendons sur le Court Suzanne Lenglen où se déroule la finale du « Tournoi des Légendes ». A gauche de la chaise: Todd Woodford, l’un des deux « Woodies » et Andrés Gomez, vainqueur de la moumoute d’Agassi en 1990 à Roland Garros. A droite de la chaise: L’homme au « Bandeau à damier », Pat Cash et le Showman Iranien Mansour Barhami. Après ce petit encas sympathique qui a vu la victoire de Woodford et Gomez, il était temps de rejoindre le court Philippe Chatrier afin d’assister à l’épilogue, à l’accent espagnol, de deux semaines de compétition acharnées.

Avant l’entrée des deux joueurs, nous nous prêtons à l’exercice du « Qui est-ce? » en tribune:

-Usain Bolt coincé entre Bertrand Delanoë, Maire de Paris, et Jean Gachassin, Président de la FFT (Fédération Française de Tennis). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que malgré la présence de la Foudre, le courant n’est pas vraiment passé entre ces trois là.

-Renaud Lavillenie et Tony Estanguet accompagnés tous deux de leurs chères et tendres. Ceux-ci avaient l’air de s’entendre comme larrons en foire.

-Pau Gasol qui mettait deux têtes à tout le stade.

-Le Prince Felipe d’Espagne entouré de sa cour.

On passera sur les habituels Henri Leconte, Alex Corretja, Jean-Paul Belmondo et sur le politicien « has been » Dominique de Villepin et sur le pote de « Dodo la Saumure », le bien nommé DSK.

Puis, Ferrer et Nadal pénètrent sur le terrain. S’en suit alors l’échauffement ainsi que la présentation des deux joueurs. Trente secondes pour le palmarès de Ferrer alors qu’il faut dix minutes pour citer les différents faits d’armes de Rafa dont bien la moitié pour les titres à Roland Garros 2005, 2006, 2007…Assis confortablement au bord du terrain, à quelques mètres du centurion « Nadalus », chez E-TV Sport, l’heure est au pronostique. Et c’était clair et net, David n’allait pas faire long feu face au taureau de Manacor.

Au bout d’1h30, E-TV Sport commence à piquer du nez sur sa chaise à l’image de David Ferrer face aux gifles de coup droit de Nadal. C’est alors que nous sommes sortis de notre torpeur lorsque quelques énergumènes anti-mariage gay ont brandi des banderoles  » Hollande démission ». Une interruption qui va en amener une autre beaucoup plus véhémente avec l’irruption sur le terrain d’un jeune homme torse-nu , masqué et tenant un fumigène à la main. Rapidement appréhendé, celui-ci a quelque peu effrayé Rafa mais il en faut plus pour déconcentrer un joueur de la trempe de Nadal.

Après cet intermède artificiel, le maître des lieux a repris son entreprise de démolition du pauvre David. E-TV Sport demandera gentiment à Nadal d’être sympa avec son compatriote mais comme tous les taureaux, celui-ci n’en a fait qu’à sa tête. Au bout de 2h30 de claques liftées en pleine poire, David Ferrer fini par mettre genou à terre. Le Roi Nadal remporte son 8ème titre sur la terre-battue parisienne!

Pas d’explosion de joie, juste une évidence pour celui qui avait, vraisemblablement, joué sa finale le vendredi face à Novak Djokovic.

Après la traditionnelle interview d’après match de l’ancien tennisman Cédric Pioline, le protocole se met en place. Usain Bolt fait son entrée avec Jean Gachassin sur le court afin de remettre pour la 8ème fois la Coupe des Mousquetaires à Rafael Nadal.

Non sans un peu de nostalgie et d’images plein la tête, E-TV Sport se résigne à quitter le court central avec le sentiment du travail accompli. En ce dimanche 8 juin, E-TV Sport ne s’était pas trompé d’endroit et était bien à sa place dans l’antre, pour une après-midi, du Sport Lifestyle!