Smash of the day

Sharapova,bientôtobligéederangersesraquettes?

2 ans! Voilà la sanction infligée à Maria Sharapova par l’ITF (International Tennis Federation) suite à son contrôle positif au meldonium, médicament apparu en janvier 2016 sur la liste des produits prohibés. Alors oui, le tribunal de l’ITF a reconnu que « la tenniswoman n’avait pas intentionnellement violé les règles anti-dopage » mais les deux années de suspension devraient bien signifiées l’arrêt prématuré de sa carrière. Arrêtée jusqu’au 25 janvier 2018, on imagine mal Maria prendre son mal en patience et revenir à 31 ans, un âge canonique sur le circuit féminin malgré l’anomalie Serena Williams. Si l’argent serait un moteur pour beaucoup de joueuses, Sharapova, sportive la mieux payée de la planète pendant une décennie, n’a pas de soucis à se faire au niveau de ses finances. Et puis, certains de ses sponsors devraient continuer à l’accompagner et l’abreuver de millions tant son jolie minois et sa notoriété en font une ambassadrice inestimable. Ainsi, Nike a annoncé que le partenariat passé avec la sportive Russe allait reprendre de plus belle du fait que la suspension de deux ans pour « violation du règlement antidopage » prouve qu’il n’y a pas eu de volonté d’amélioration des performances. Aujourd’hui, Maria et ses nombreux fans (dont nous faisons partie) espère que l’appel, déposé devant le TAS (Tribunal Arbitral du Sport), portera ses fruits et que la suspension sera réduite significativement. Car dans le cas contraire, il se pourrait bien qu’on soit privé à jamais de la visière ainsi que des cris les plus célèbres du tennis mondial!