glamour

EugénieBouchardserait-ellelanouvelleAnnaKournikova?

Anna Kournikova, l’icône tennistique de toute une jeunesse (dont la rédac d’E-TV Sport fait partie) tant par son talent…euh non, par son physique il faut bien le dire. En effet, quand à la fin des années 90, la « poupée russe » arrive sur le circuit, cela fait clairement des étincelles. En 1997, âgée seulement de 16 ans, Anna atteint le dernier carré de Wimbledon et dès l’année suivante elle intègre le prestigieux Top 10 mondial. On se dit alors que la carrière de la jeune russe est toute tracée et qu’en plus d’être magnifique, elle va dominer le tennis féminin. Néanmoins, il n’en sera rien. Après une petite blessure, Anna va s’éloigner des terrains et commencer à multiplier les actions publicitaires, les photos de charme, mondanités et plateaux de télévision. Grace à sa plastique avantageuse, la tenniswoman devient un membre honoraire de la Jet-Set. Si bien qu’Anna n’aura jamais gagné un titre sur le circuit WTA malgré une huitième place mondiale et qu’elle arrêtera sa carrière à 22 ans pour se consacrer à son nouvel amour: Enrique Iglesias.

Aujourd’hui, le tennis féminin souffre légèrement de visibilité du fait de la domination de Serena Williams puis de son absence de grossesse, de la suspension pour dopage de Maria Sharapova et d’un retour peu tonitruant pour le moment mais surtout car aucune joueuse n’est vraiment « bankable » auprès des médias. Alors oui Serena est la star des courts et Maria était la caution glamour du tennis mais on ne peut pas parler d’emballement médiatique comme c’était le cas pour Kournikova. De plus, à une époque on ne parlait pas encore de réseaux sociaux etc…Oui mais voilà, on y regardant de plus près, une tenniswoman pourrait bien suivre les pas d’Anna, son prénom Eugénie et son nom Bouchard.

En effet, la Canadienne a un début de carrière assez similaire à celui de la Russe. Après une carrière junior exemplaire (comme Anna), « Génie » se révèle sur le circuit en 2014 en atteignant les demi-finales de l’Open d’Australie, de Roland-Garros et en s’inclinant en finale de Wimbledon contre Petra Kvitova. Elle atteint alors la 5ème place mondiale et finit la saison à la 7ème place mondiale. Depuis, la Québécoise a changé d’entraîneur, n’est plus que l’ombre d’elle-même sur les courts et commence tout doucement à avoir un comportement de diva (tiens, tiens). Il faut dire que la jeune tenniswoman est très mignonne (ce n’est pas Anna ou Maria mais tout de même) et que les sponsors se l’arrachent. Suivie sur Instagram par 1,6 millions de personnes, Génie nous fait partager sa vie sur et en dehors des courts mais on sent quand même un épanouissement certain dans cette dernière.

En ce début de saison 2018, toujours pas trace d’un résultat significatif pour Bouchard. Après une élimination au 2ème tour de l’Open d’Australie, « Genie » ne fait plus désormais partie du top 100 mondial. Néanmoins, celle-ci fait encore parler d’elle grâce à ce qu’elle fait en dehors des courts et notamment du fait de sa plastique parfaite. En effet, celle-ci a posé pour la deuxième année consécutive pour la « Swimsuit Edition » signée Sports Illustrated.

@si_swimsuit 2018

Une publication partagée par Genie Bouchard (@geniebouchard) le

Aujourd’hui, Eugénie bientôt 24 ans, n’a remporté qu’un seul titre sur le circuit WTA, atteint la 5ème place mondiale et semble aimer (un peu trop) les à-côtés du tennis. Reste à savoir si la jeune fille, qui est arrivée chez les pros à 15 ans, qui avait dit vouloir rencontrer Justin Bieber et dont les résultats sont en berne, va continuer encore longtemps à taper dans la balle jaune!