faits divers

Cessignesnazisquel’onvoitparfoisdanslesstadesdefoot

Alors que l’Olympique Lyonnais a été piteusement éliminé par le CSKA Moscou lors des huitièmes de finale de l’Europa League, les problèmes en tribunes survenus pendant le match devraient avoir des répercussions. En effet, l’UEFA a ouvert une enquête disciplinaire contre l’OL pour « comportement raciste » dans le stade. L’UEFA précise à L’Équipe « qu’il s’agit de symboles nazis dans le stade, de salutations nazies et de l’attaque d’un spectateur de couleur. » Ainsi, ce n’est pas la première fois qu’une revendication « nazi » fait son apparition dans un stade et E-TV Sport vous présente quelques uns des exemples les plus marquants !

Le drapeau « nazi » trop souvent vu dans les stades

Depuis des décennies, il n’est pas rare que d’irréductibles nostalgiques du régime nazi fassent leur apparition dans les stades de foot. En effet, que cela soit dans les plus grands stades du monde comme au Santiago Bernabeu, antre du Real Madrid, ou alors dans les stades plus confidentiels de l’ancienne Yougoslavie, des drapeaux présentant la « Svastika » ou « croix gammée  » fleurissent…à notre plus grand regret !

In this photo taken Aug. 19, 2007 soccer fans show German Nazi flag with a swastika during an Ukrainian League Championship soccer match between Dynamo Kyiv and Karpaty in Kiev, Ukraine. Kiev and Warsaw on Tuesday May 29, 2012 decried a BBC report that portrayed Ukrainian and Polish soccer fans as racist ahead of next month's European championship as unfair, vowing that all foreign guests would be safe to attend matches in the two Eastern European countries. (AP Photo/Ukrinform)

Ces joueurs qui font le salut nazi

Hormis les supporters, il arrive également que les footballeurs montrent leur attachement au « Reich » d’Hitler ! Ainsi, on se souvient forcément de l’Italien Paulo Di Canio qui a, à plusieurs reprises, fait le néfaste salut. Si celui-ci a toujours assumé être fasciste, il s’est toujours défendu d’être raciste. Il a notamment déclaré: « Je fais le salut romain pour saluer mes camarades et ceux qui partagent mes idées. Ce bras tendu n’est pas une incitation à la violence ou à la haine raciale ». Plus récemment, en 2013, le joueur de l’AEK Athènes Giorgos Katidis a été banni de la sélection nationale pour avoir célébré son but par un salut nazi.