faits divers

Cessignesnazisquel’onvoitparfoisdanslesstadesdefoot

Vendredi soir à Prague, l’Allemagne affrontait la République Tchèque dans le cadre des éliminatoires à la prochaine Coupe du monde en Russie. Si la Mannschaft s’est imposée 2-1, la fête a été gâchée par des chants nazis qui sont descendus des tribunes. Bien sûr, ce sont quelques indésirables qui sont à l’origine de ses slogans nazis mais cela fait tâche. De ce fait, les joueurs ainsi que les dirigeants du football allemand appellent à un ménage drastique. « Ce ne sont pas des fans, ce sont des voyous, des hooligans qu’il faut expulser des stades. On n’a pas besoin de ce genre de conneries pendant nos matches, nous n’avons rien à voir avec ce genre de saloperies » s’était indigné Mats Hummels à chaud. Ainsi, ce n’est pas la première fois qu’une revendication « nazi » fait son apparition dans un stade et E-TV Sport vous présente quelques uns des exemples les plus marquants !

Le drapeau « nazi » trop souvent vu dans les stades

Depuis des décennies, il n’est pas rare que d’irréductibles nostalgiques du régime nazi fassent leur apparition dans les stades de foot. En effet, que cela soit dans les plus grands stades du monde comme au Santiago Bernabeu, antre du Real Madrid, ou alors dans les stades plus confidentiels de l’ancienne Yougoslavie, des drapeaux présentant la « Svastika » ou « croix gammée  » fleurissent…à notre plus grand regret !

In this photo taken Aug. 19, 2007 soccer fans show German Nazi flag with a swastika during an Ukrainian League Championship soccer match between Dynamo Kyiv and Karpaty in Kiev, Ukraine. Kiev and Warsaw on Tuesday May 29, 2012 decried a BBC report that portrayed Ukrainian and Polish soccer fans as racist ahead of next month's European championship as unfair, vowing that all foreign guests would be safe to attend matches in the two Eastern European countries. (AP Photo/Ukrinform)

Ces joueurs qui font le salut nazi

Hormis les supporters, il arrive également que les footballeurs montrent leur attachement au « Reich » d’Hitler ! Ainsi, on se souvient forcément de l’Italien Paulo Di Canio qui a, à plusieurs reprises, fait le néfaste salut. Si celui-ci a toujours assumé être fasciste, il s’est toujours défendu d’être raciste. Il a notamment déclaré: « Je fais le salut romain pour saluer mes camarades et ceux qui partagent mes idées. Ce bras tendu n’est pas une incitation à la violence ou à la haine raciale ». Plus récemment, en 2013, le joueur de l’AEK Athènes Giorgos Katidis a été banni de la sélection nationale pour avoir célébré son but par un salut nazi.