Critique de la semaine

Retoursurlapremièrede« Touchepasàmonsport »

Hier lundi 23 novembre, D8 et la boîte de production dirigée par Cyril Hanouna, H2O, présentait son dernier bébé, le bien nommé: « Touche pas à mon sport ». Présentée par Estelle Denis, l’émission a pour objectif de décrypter l’actualité sportive comme peut le faire le grand frère « Touche pas à mon poste » avec l’actualité média. Néanmoins, si on retrouve de nombreuses similitudes (trop?) entre les deux « talk-show », difficle de garantir le succès de la compagne de Raymond Domenech et de sa bande après cette première. Mais pas sur qu’après la première de « Touche pas mon poste » sur France 4, on prédisait que Cyril Hanouna allait devenir le « petit prince du PAF ». Alors de l’indulgence oui mais du changement vite aussi. E-TV Sport vous dit pourquoi et surtout se permet de dispenser ses conseils de « sport et télé addict »!

Estelle Denis n’est pas Cyril Hanouna

Voici le principal problème auquel se voit confronter tous les animateurs de divertissement « 2.0 »! En effet, comment concurrencer le trublion le plus célèbre de la petite lucarne lorsqu’il s’agit d’enchaîner vannes sur vannes avec une bande de chroniqueurs à son service. Cela est strictement impossible même pour une Estelle Denis qui connaît son job mais qui a besoin de fiches pour présenter ses copains ou encore de suivre un peu trop le conducteur. Car si « Baba » a ringardisé ses contemporains, c’est grâce à sa folie et sa rapidité d’esprit mais aussi par son dilettantisme et à la façon dont il fait croire à tout le monde que rien de tout ce qu’il exécute n’est préparé.

2h pour TPMP et 50 minutes pour TPMS

Comment suivre le modèle de « TPMP » et son rythme effréné en un « Cinquante minutes » comme on dit dans le jargon de la télévision? C’est tout simplement impossible! TPMS a le droit à 50 pauvres minutes entrecoupées par 3 coupures publicitaires de 5 grosses minutes. On se retrouve donc avec 35 petites minutes, soit le temps que met Hanouna pour présenter son équipe du jour. Estelle doit, elle, faire une émission entière avec des rubriques qui se suivent. Cela donne donc des sujets traités superficiellement et des chroniqueurs qui ont la parole un peu près 1 minute si ce n’est Daniel Riolo qui va, comme toujours, grater sur le temps de parole de ses voisins de table. Etant le plus pertinent et le chouchou de l’équipe d’E-TV Sport, on ne lui en tiendra pas rigueur.

« Touche pas à mon sport » ou « Touche pas à mon foot »?

Alors d’accord, le football est le sport le plus populaire au monde et le sport numéro 1 dans l’Hexagone mais cela ne veut pas forcément dire que l’actualité sportive tourne uniquement autour du ballon rond. Le crachas de Benzema? Le Classico Real-Barca en une de l’équipe? Et on en passe…Quid du Masters de tennis de Londres? De la NBA? De la polémique Manaudou? De plus, certains chroniqueurs ont une culture sportive qui ne se limitent pas au foot, Daniel Riolo, un puits de science sportive ou encore Henri Leconte, ancien tennisman professionnel. Dommage de ne pas s’en servir!

Une bande de chroniqueurs à revoir

Comme toute l’équipe d’Hanouna le répète souvent, il est extrêmement difficile de confectionner une bande digne de ce nom. Et celui-ci n’a fait que le confirmer saison après saison en tâtonnant  chaque semaine avant de trouver sa « dream team » indélogeable composée de Julien Courbet, Valérie Bénaïm, Mathieu Delormeau, Jean-Michel Maire, Thierry Moreau, Isablelle Morini-Bosc, Enora Malagré et Jean-Luc Lemoine. Pour Estelle Denis, il va falloir revoir les effectifs car certains ne semblent pas avoir le profil de titulaires en puissance. Pour la première, c’est simple, deux ont fait la différence: L’impertinent/pertinent Riolo et la jolie et drôle corse Francesca Antoniotti. Pour le reste, c’est sur le banc de touche de « TPMS » que l’avenir semble se dessiner. Entre une Marie Portolano en mode « Casper », un Philippe Carayon dont la voix insupportable n’a pas l’accent « chantant des narines » de Verdez ou un Dominique Grimaud d’un autre temps, il est temps d’y « toucher ».

Et puis que dire des Chameroy et Combal « made in Sport », à savoir Tony Saint-Laurent et Thibaud Vezirian. Tout simplement que l’humour n’est pas leur meilleur ami, ni le sport d’ailleurs. Entre vulgarité gratuite, séquences pas drôle du tout et une connaissance du sport indigente, on a eu mal pour eux lors de cette première.

E-TV SPORT A LA RESCOUSSE

Tout d’abord, il est important de préciser, comme lors de l’introduction, que cela était une première et que l’équipe d’E-TV Sport veut laisser à l’émission le temps de s’installer. Cette émission a toutes les raisons de réussir avec un thème pareil et une filiation signée Hanouna. Néanmoins, E-TV Sport, spécialiste du Sport Lifestyle se veut légitime pour critiquer mais aussi pour donner des conseils afin d’améliorer TPMS. Les voici:

-Réduire le nombre de chroniqueurs. 6 plus deux intervenants et enfin un invité, cela est beaucoup trop pour une émission si courte.

-Garder Riolo et Antoniotti et faire de la place aux jeunes (Coucou TMPS) et à de nouvelles têtes. Qui connaissaient Jean-Michel Maire, Thierry Moreau, Isabelle Morini-Bosc et consorts avant leur passage sur TPMP? Pas grand monde du grand public, c’est certain.

-Si TPMP s’est souvent inspiré des « Late show US » pour certaines de ses séquences, l’équipe de TPMS devrait se pencher sur ce qu’il se fait aux Etats-Unis en matière de sport et verrait que l’on peut rire du sport sans passer par « le bras d’enfant de Makelele » ou la sextape de Valbuena.

-Oui au retour des quizz et des jeux à la façon de TPMP mais à la sauce sport.

-Pourquoi pas des anonymes autour de la table. Les experts du sport ne sont pas exclusivement dans les médias spécialisés.

-Arrêtez les happening vaseux. Faire jongler M Pokora, qui n’a pas été loin de rentrer au centre de formation de Sedan, puis le confronter à une freestyleuse professionnelle choisie au hasard dans le public. Au niveau de l’originalité, on a vu mieux!

Les idées ne manquent pas chez E-TV Sport pour faire de TPMS un rendez-vous quotidien et incontournable de l’univers sport, du débat et de l’humour…faudrait-il que ceux-ci fassent appel à nous!