cinéma

Quandlessportifssereconvertissentdansle7èmeart

On reproche souvent voir toujours aux sportifs de haut niveau de gagner trop d’argent. A cela, ils rétorquent tous en coeur que leur carrière ne durant pas plus d’une décennie, ils se doivent de gagner plus afin de vivre le reste de leur vie correctement. Si cela peut-être vrai pour certains, certains gagnent en un mois ce que certains ne gagneront jamais en une vie donc…Mais force est de constater que leur vie professionnel prend fin terriblement tôt et que la reconversion n’est pas évidente pour tous. Pour les plus charismatiques d’entre-eux, c’est le cinéma qui leur fait de l’oeil. Ainsi, Usain Bolt, qui va tirer sa révérence lors des Mondiaux de Londres (4-13 août), a déclaré qu’il se verrait bien en tant qu’acteur dans des films d’action. En attendant de savoir si Hollywood va ouvrir ses portes au « fastest man alive », E-TV Sport vous présente ces sportifs qui ont tenté l’aventure cinématographique !

Ray Allen

Sur le parquet : gâchette à 3 points, il joue en NBA pour les Miami Heat après avoir endossé le maillot des Milwaukee Bucks, des Seattle SuperSonics et des Boston Celtics. Il a remporté deux titres NBA et une médaille d'or olympique. A l'écran : en 1998, il incarne le fils de Denzel Washington dans le film de Spike Lee He Got Game. Il renouvelle l'expérience trois ans plus tard aux côtés de Sarah Michelle Gellar dans le film indépendant Harvard story.

Arnold Schwarzenegger

Sur le podium : champion de bodybuilding et de culturisme, il remporte à cinq reprises le titre de Mr Univers et 7 fois celui de Mr Olympia. A l'écran : sans aucun doute le plus grand action-hero de tous les temps avec Sylvester Stallone avec des films comme Terminator, Conan, Predator, Total recall, True Lies... et la saga Expendables, bien sûr.

Brahim Asloum

Sur le ring : champion olympique de boxe en 2000, champion du monde WBA des mi-mouches en 2007. A l'écran : dans Victor Young Perez, il incarne ce boxeur juif déporté durant la Seconde Guerre mondiale.

Burt Reynolds

Sur le terrain : joueur prometteur de football américain au lycée de Palm Beach High School puis à l'université de Florida State. Une grave blessure mettra prématurément un terme à sa carrière et ses ambitions professionnelles. A l'écran : cascadeur puis comédien, il est révélé dans Délivrance. Il se spécialise dans les rôles de macho et d'homme fort (Plein la gueule, L'Anti-gang, Cours après moi shérif, L'Equipée du cannonball, Haut les flingues !, Malone...). En 1997, sa performance dans Boogie nights est saluée mais l'acteur se retrouve par la suite cantonné à des comédies populaires ou des direct-to-video.

Nanni Moretti

Dans l'eau : joueur de water-polo qu'il pratique en ligue nationale. A l'écran : réalisateur (et acteur) prolifique, à travers une oeuvre plébiscitée en festivals et qui mêle questionnements intimes et interrogations politiques (Je suis un autarcique, Ecce bombo, Sogni d'oro, Palombella rossa, Journal intime, La Chambre du fils, Le Caïman, Habemus Papam...).

Gina Carano

Sur le ring : fille du quaterback de l'équipe de football américain des Cowboys de Dallas Glenn Thomas Carano, elle est plongée très jeune dans le milieu du sport de haut niveau. Sa pratique des arts martiaux débute par le Muay Thaï, et elle devient par la suite, en 19 victoires (pour seulement 2 défaites), l'une des meilleures combattantes de la catégorie des Arts Martiaux Mixtes (MMA). A l'écran : elle signe sa première véritable incursion dans le monde du cinéma avec Blood and Bone en 2009. L'année suivante, Steven Soderbergh décide de l'engager pour son thriller d'espionnage, Piégée. Elle affronte ensuite le gang de Vin Diesel (et combat Michelle Rodriguez) dans Fast & Furious 6.

Jim Brown

Sur le terrain : légende de la NFL sous le maillot des Cleveland Browns de 1957 à 1965, où il réalise de nombreuses performances records en tant que running back. A l'écran : Les Douze salopards, Les 100 fusils, Destination Zebra, station polaire, Running Man, Mars Attacks ou L'Enfer du dimanche comptent parmi ses performances marquantes au cinéma.

Michel Constantin

Sur le terrain : international de volley-ball et capitaine de l'équipe de France dans les années 40 et 50. A l'écran : véritable "gueule", il campe régulièrement des rôles de policiers ou de truands et joue, entre autres, pour Robert Enrico (Les Grandes gueules), Jean-Pierre Melville (Le Deuxième souffle), Georges Lautner (Il etait une fois un flic), José Giovanni (La loi du survivant) ou encore Henri Verneuil (Les Morfalous). Il était également connu pour son rôle de flic dans la série télévisée Paparoff.

Estella Warren

Dans la piscine : membre de l'équipe canadienne de natation synchronisée au début des années 90, elle renonce finalement à ses ambitions sportives pour embrasser le mannequinat et la comédie. A l'écran : Chaperon Rouge dans une publicité pour Luc Besson, elle côtoie par la suite Sylvester Stallone (Driven) ou Tim Burton (La Planète des singes) avant d'alterner petits rôles sur grand écran et direct-to-video.

Eric Cantona

Sur le terrain : footballeur de génie, le "King" a endossé les maillots d'Auxerre, Marseille, Leeds United ou Manchester United (sans oublier l'équipe de France) au cours d'une carrière d'une quinzaine d'années auréolée de nombreux buts et titres. A l'écran : passé devant la caméra d'Etienne Chatiliez (Le Bonheur est dans le pré), Jean Becker (Les Enfants du marais), Alain Corneau (Le Deuxième souffle), Ken Loach (Looking for Eric), Yann Gonzalez (Les rencontres d'après minuit), Kristian Levring (The Salvation)...

Eli Chouraqui

Sur le terrain : après son service militaire, il devient capitaine de l'équipe de France de de volley-ball et compte une centaine de sélections en championnats d'Europe et du Monde. A l'écran : assistant réalisateur de Claude Lelouch, Claude Pinoteau et Yves Robert, il passe à la réalisation en 1978 avec Mon premier amour. Il signe une quinzaine de films (Paroles et musique, Man on fire, Les Marmottes, Les Menteurs, Harrison's Flowers, Ô Jérusalem, Celle que j'aime...) ainsi que la création de la comédie musicale Les Dix commandements.

Carl Weathers

Sur le terrain : linebacker en football américain durant quelques saisons en NFL puis en ligue canadienne. Il a notamment porté le maillot des Oakland Raiders. A l'écran : il est le fameux Apollo Creed, à la fois ami, mentor et adversaire de Rocky Balboa dans la saga de l'Etalon Italien. Il côtoie également Arnold Schwarzenegger dans Predator, et aura "son" film musclé : Action Jackson. Il a depuis multiplié les rôles pour le petit écran, devant et derrière la caméra.

Jean-Claude Van Damme

Sur le tatami : spécialiste en karaté et kickboxing, il cumule les victoires en compétition et intègre l'équipe nationale belge au cours des années 70 jusqu'au début des années 80. Il met un terme à sa carrière en 1982 pour partir à la conquête d'Hollywood. A l'écran : Bloodsport, Kickboxer, Full Contact, Universal Soldier, Double impact, Timecop, Hard Target... Les années 80 et 90 sont marquées par l'ascension de Van Damme, qui connaîtra par la suite comme les gros bras de l'époque une raversée du désert. Il s'illustre ainsi dans de nombreux DTV et de temps à autres aussi dans des oeuvres plus notables comme JCVD ou Expendables 2 où il affronte ses "rivaux" du cinéma d'action.

Jason Lee

Sur les rampes : grande figure du skateboard durant les années 80 jusqu'au début des années 90. Professionnel de la discipline, il fonde la marque Stereo Skateboards en 1992 avec Chris "Dune" Pastras. Au début des années 90, il s'illustre sur sa planche à roulettes dans un clip du groupe Sonic Youth réalisé par Spike Jonze. A l'écran : fidèle de Kevin Smith (Les Glandeurs, Méprise multiple, Dogma, Jay and Silent Bob strike back, Père et fille, Clerks II), il affiche par ailleurs une filmographie assez électique (Ennemi d'Etat, Vanilla sky, Presque célèbre, Alvin et les Chipmunks). En 2004, il obtient sa propre série, Earl, où il prête sa dégaine nonchalante à un escroc à la petite semaine qui gagne au loto.

Jason Statham

Dans la piscine : spécialiste du plongeon, il a fait partie durant une dizaine d'années de l'équipe nationale britannique et obtient des classements notables dans plusieurs grandes compétitions internationales. A l'écran : révélé comme son ami Vinnie Jones grâce au cinéma de Guy Ritchie (Arnaques, crimes et botanique, Snatch et Revolver), il devient par la suite l'un des action-hero majeurs des années 2000 et 2010 grâce aux sagas Le Transporteur, Hyper Tension et Expendables.

Bud Spencer

Dans la piscine : nageur solide, il bat à plusieurs reprises le record d'Italie et remporte sept titres nationaux et plusieurs victoires aux Jeux méditerranéens. De son vrai nom Carlo Pedersoli, il représente l'Italie aux Jeux Olympiques de 1952, 1956 et 1960. A l'écran : inséparable de son compère et compatriote Terence Hill, il tourne treize films à ses côtés. Leur tandem, sorte de Laurel et Hardy du film de bagarre, offre des films populaires comme On l'appelle Trinita, Attention, on va se fâcher !, Deux super-flics, Cul et chemise, Quand faut y aller, faut y aller ! ou Attention les dégâts.

Vincent Moscato

Sur le terrain : joueur de rugby à Bègles-Bordeaux, au Stade bordelais, à Brive et au Stade français, il a également endossé le maillot de l'équipe de France à quatre reprises durant la saison 1991-1992. A l'écran : consultant sportif et animateur sur plusieurs radios, il met sa "gueule" et son accent au service du cinéma dans des films comme Le Placard, Vercingétorix, Tais-toi !, 36 Quai des Orfèvres, Astérix aux Jeux Olympiques ou Le Fils à Jo.

Kareem Abdul-Jabbar

Sur le parquet : légende du basket-ball et de la NBA. Sous le maillot des Milwaukee Bucks et des Los Angeles Lakers, il perfectionnera l'art du bras roulé et marquera 38 387 points (un record) en vingt saisons. A l'écran : du haut de ses 2m18, il affronte Bruce Lee dans Le Jeu de la mort, tente de se faire passer pour un copilote dans Y a-t-il un pilote dans l'avion ?, ou annonce la fin du monde dans Le Fléau. Il apparaît par ailleurs dans de nombreuses séries, souvent dans son propre rôle.

Shaquille O'Neal

Sur le parquet : véritable monstre du basket-ball (2m16 pour 147 kilos), le "Shaq" arpente les terrains NBA durant deux décennies sous les maillots des Orlando Magic, Los Angeles Lakers ou Miami Heat. Quadruple champion outre-Atlantique, il affiche également à son palmarès un championnat du monde et une médaille d'or olympique. A l'écran : choisi pour incarner le rookie de Blue Chips aux côtés de Nick Nolte en 1994, il joue par la suite des dans productions modestes (Kazaam, Steel le Justicier d'Acier) tout en s'offrant quelques caméos savoureux, en live (Scary Movie 4) comme en animation (La Grande Aventure Lego).

Rick Fox

Sur le parquet : triple champion NBA avec les Los Angeles Lakers de 2000 à 2002, il avait joué auparavant pour les rivaux de la côte Est, les Celtics de Boston. Il arpentera les parquets durant treize saisons, s'illustrant par ailleurs en équipe nationale canadienne. A l'écran : basketteur-acteur dans des films sportifs (Blue Chips, Eddie, He Got Game), il est révélé par son rôle récurrent dans la série Oz où il incarne le prisonnier Jackson Vahue entre 1997 et 2003. Il n'a plus quitté le petit écran depuis, multipliant les participations dans des séries, de Missing : disparus sans laisser de trace à Ugly Betty en passant par Dirt ou Hit The Floor.

Lino Ventura

Sur le ring : il mène une brillante carrière comme lutteur (champion de lutte professionnelle dans la catégorie poids moyens, champion d'Europe de lutte gréco-romaine en 1950), puis comme catcheur durant les années 40 et 50. Victime d’un accident au cours d’un combat, il se résigne à abandonner ce métier, se consacrant à l’organisation de combats. A l'écran : un monument du cinéma français, révélé face à Jean Gabin dans Touchez pas au grisbi. Parmi ses films majeurs : Razzia sur la chnouf, Le Gorille vous salue bien, Un Taxi pour Tobrouk, Les Tontons flingueurs, Cent mille dollars au soleil, Le deuxième souffle, L’armée des ombres, Le Clan des Siciliens, L'emmerdeur, La Gifle, Garde à vue, Les Misérables...

Chuck Norris

Sur le tatami : 7 fois champion du monde de karaté, premier occidental à recevoir une ceinture noire 8e dan en taekwondo, fondateur du Chun Kuk Do...A l'écran : figure majeure du cinéma d'action des années 80 (Portés Disparus, Delta Force, Invasion U.S.A.), celui qui affronta Bruce Lee dans La Fureur du Dragon deviendra par la suite l'inoubliable Walker Texas Ranger pour la télévision tout en s'offrant quelques caméos savoureux (Expendables 2, Dodgeball).

Fred Dryer

Sur le terrain : sous le maillot des New York Giants puis des Los Angeles Rams, il joue (en défense) 13 saisons en NFL où il signe 104 sacks. A l'écran : aux côtés de Stepfanie Kramer, il est l'inoubliable Rick Hunter du petit écran dans la deuxième moitié des années 80.

Dwayne "The Rock" Johnson

Sur le ring : c'est l'une des figures majeures du catch américain et l'un de ses plus grands champions. Il remporte ainsi 8 ceintures de champion au sein de la WWF/WWE. A l'écran : il fait ses débuts sur grand écran dans Le Retour de la momie puis reprend son personnage dans Le Roi Scorpion. Il prend explicitement la relève d'Arnold Schwarzenegger dans le registre de l'action avec Bienvenue dans la jungle. N'hésitant pas à faire preuve d'autodérision (Be cool , Maxi Papa, Fée malgré lui), il s'impose comme l'une des nouvelles figures du cinéma d'action avec la saga Fast and Furious, G.I. Joe : Conspiration, No Pain No Gain ou Hercule.

Dida Diafat

Sur le ring : 11 titres de champion du monde de Muay-thaï (ou boxe thaïlandaise), et lauréat de la plus prestigieuse récompense en Thaïlande, le vase Songh Shaï. A l'écran : un film qui retrace son histoire (Chok dee de Xavier Durringer) et quelques petits rôles dans Légionnaire, Engrenages et Mutants.

Johnny Weissmuller

Dans la piscine : invaincu en course, il remporte cinq médailles d'or aux Jeux Olympiques (1924 et 1928) et détiendra durant de nombreuses années des records en natation. A l'écran : inoubliable Tarzan, il campera le roi de la jungle dans douze longs métrages durant les années 30 et 40... mais fera mieux avec le personnage de Jungle Jim et ses treize films.

Lou Ferrigno

Sur le podium : grande figure du culturisme et du bodybuilding (il a pour compagnon d'entraînement un certain Arnold Schwarzenegger), il remporte le titre de Mr. America en 1973 puis deux titres de Mr. Univers. A l'écran : préféré à son ami Arnold Schwarzenegger pour le rôle de Hulk, il incarne le super-héros Marvel dans la série (cinq saisons) et les téléfilms dérivés au début des années 80. Il apparaît par la suite dans quelques séries et en temps que guest-star dans certaines productions Marvel (Hulk et L'Incroyable Hulk, forcément).

Vinnie Jones

Sur le terrain : de 1986 à 1999, il mène une carrière de bad-boy du football dans quelques clubs anglais : le Wimbledon Football Club, la Sheffield United, Chelsea et les Queens Park Rangers. Il compte également neuf sélections comme international gallois. A l'écran : révélé par Guy Ritchie (Arnaques, crimes et botanique puis Snatch), il trimballe ensuite sa "gueule" et sa carrure imposante dans des films d'action plus ou moins prestigieux. Parmi ses films notables : 60 secondes chrono, Opération Espadon, Carton rouge - Mean Machine, X-Men l'affrontement final ou encore Midnight Meat Train.

André Pousse

Sur la piste : cycliste professionnel et pistard de talent, il a marqué l'histoire du Vel d'Hiv' et sa course des Six jours de Paris de 1942 à 1949, devant les yeux d'un certain Alain Delon, alors enfant. A l'écran : Fidèle de Georges Lautner (Ne nous fâchons pas, Le Pacha, Fleur d'oseille, Quelques messieurs trop tranquilles) et Michel Audiard (Faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages, Elle cause plus, elle flingue, ou Bons baisers... à lundi), il s'était spécialisé dans les personnages autoritaires et patibulaires.