Critique de la semaine

DEVOIRD’INVENTAIRE

C’est en février 2012 que Philippe Saint-André prend officiellement les rênes du VX de France. Sévèrement vilipendé pendant près de quatre ans, il revisite dans « devoir d’inventaire » son parcours semé d’embûches en tant qu’entraineur de l’équipe de france de rugby jusqu’à la déculottée  historique face aux All Blacks lors de la dernière coupe du Monde (13-62).
Dans cet ouvrage, il évoque les secrets de fabrication de l’équipe, livre ses souvenirs de vestiaire et nous fait vivre de l’intérieur les matches des Bleus lors du Mondial.
Un témoignage de poids en plein tournoi des VI Nations !

S’il n’est pas contre une autocritique, on voit dans cet ouvrage une véritable volonté de s’expliquer. Notamment sur ses choix d’hommes. « On me reproche d’avoir sélectionné quatre-vingt-trois joueurs. Mais il faut bien procéder à des essais, écrit-il. Avais-je le choix ? Il arrive que l’on se trompe. C’est humain. Il n’y a que ceux qui ne prennent pas d’initiatives qui ne font pas de conneries. »

Il en profite également pour régler ses comptes, notamment dans son chapitre « Le bal des faux culs », où « PSA » ne ménage pas ses propos sur Galthié, Boudjellal et Mermoz…, ses têtes de Turcs !

« Devoir d’inventaire », de Philippe Saint-André avec Alain Gex
Editions Robert Laffont – Prix de vente : 18,50 euros