critique de l'année

Découvrezlelivre:« Neymar,monhistoire »

E-TV Sport a décidé de vous présenter l’autobiographie de l’une des vedettes de l’équipe catalane, un certain Neymar. Si tout a été dit sur le co-meilleur joueur du monde, Lionel Messi, le jeune brésilien n’est arrivé en Europe que depuis 2 ans et les fans du ballon rond du Vieux Continent ne connaissent pas la starlette brésilienne aussi bien qu’en Amérique du Sud. Ainsi, celui-ci nous parle de la relation unique qu’il a nouée avec son père. Il évoque ses origines, livre ses souvenirs les plus personnels, explique son approche du jeu et retrace toutes les étapes qui ont façonné sa personnalité.

Synopsis:

Il y a eu Pelé, Zico, Romario et Ronaldo. Aujourd’hui, la superstar du football brésilien se nomme Neymar. À seulement 22 ans, l’attaquant du FC Barcelone totalise déjà plus de 40 buts sous le maillot du Brésil. Durant la Coupe du monde 2014, sa blessure face à la Colombie a été vécue comme un drame national. Privé de son buteur vedette, le pays hôte a été humilié par l’Allemagne en demi-finales (7-1). Sans doute les dieux du football se sont-ils penchés sur le berceau de Neymar. Il possède tout : la vitesse, l’aisance technique, la qualité de dribble, l efficacité face au but adverse. Comme son modèle Pelé, Neymar se fait connaître sous le maillot de Santos, où il effectue sa formation de 2003 à 2009. Passé professionnel, il obtient très vite ses premiers trophées: dans le championnat national avec trois titres consécutifs, la Coupe du Brésil en 2010, la Ligue des champions d Amérique latine en 2011 et la Supercoupe en 2012. Son transfert au FC Barcelone en 2013, pour 5 ans et 57 millions d euros, l’a élevé au rang de star planétaire. Plébiscité par les supporters du monde entier, sollicité par les plus grandes marques, le Brésilien au look toujours très soigné compte désormais 50 millions de fans sur Facebook et 15 millions de followers sur Twitter. Il est l’égal d’un Leo Messi et d’un Cristiano Ronaldo.

img.irtve

Voici un extrait du livre où Neymar évoque son transfert raté au Real Madrid à l’âge de 12 ansExtrait du chapitre 7. Le Real Madrid a fait une offre équivalente à celle que Lionel Messi avait reçue du FC Barcelone adolescent. Neymar a refusé. Son père en explique les raisons.

«  Envoyer un enfant de cet âge en Europe, même si le salaire proposé était bon et qu’il avait le potentiel pour réussir de grandes choses, c’était trop dur. Il y a des moments dans la vie où il faut bien réfléchir. Savoir faire la part des choses. Quand on doit prendre une décision, il y a toujours du pour et du contre. Rien n’est jamais tout noir ou tout blanc. Il faut savoir trouver le juste milieu. Comprendre que parfois, on ne perd pas quelque chose. C’est juste qu’on ne le gagne pas à ce moment-là. C’est très important de garder cela en tête tout au long de sa vie, quelle que soit la problématique.

Au bout des trois premiers jours, nous avions déjà un accord. Le contrat était rédigé. Tout était impeccable, en bonne et due forme. L’accord prévoyait une inscription à l’école pour Neymar et Rafaela. Il manquait juste la signature de sa mère. Nadine avait un billet d’avion pour nous accompagner en Espagne, Juninho (surnom de Neymar) et moi, mais elle avait préféré rester à Santos avec Rafaela.

Après moins d’une semaine, Juninho ne semblait pas heureux. Notre maison lui manquait. Notre famille, nos amis, l’école, la ville, le Santos Football Club : tout lui manquait. La cuisine était bonne mais elle ne remplaçait pas notre riz et nos haricots. Aucun argent ne pouvait nous offrir ça. J’ai vu que Neymar était de plus en plus triste au fil des jours. L’ambiance devenait tendue. Au Real, on s’est efforcé de nous simplifier les choses mais j’ai estimé que ce n’était pas le bon moment pour s’installer en Europe. Juninho était du même avis.

La décision était prise : nous avons choisi de retourner à Santos. Nous sommes rentrés chez nous, pour notre plus grande joie. Le cœur a parlé. Je ne me souciais pas de savoir si on laissait passer l’occasion de gagner beaucoup d’argent. Je voulais juste que mon fils soit heureux en jouant au foot. Et il n’était pas heureux pendant ce séjour en Espagne. Aucun argent, à Madrid ou ailleurs, n’aurait pu acheter le bonheur de mon fils. »

Sortie le 18 mars 2015 aux Editions Talent Sport. 19 euros, 220 pages.