Critique de la semaine

Découvrezlelivre:« Knysna:AucoeurdudésastredesBleusenAfriqueduSud »

En 2010, c’est peut-être et surement l’épisode le plus sombre de l’histoire de l’équipe de France de football qui s’était déroulé du côté de Knysna, en Afrique du Sud. Alors que les Bleus disputaient la première Coupe du monde sur le sol africain, c’est un véritable spectacle de désolation qu’ils nous ont offert. Et malheureusement, ce n’est pas seulement sur le terrain que les joueurs ont failli mais bien dans leur comportement extra-sportif. Ainsi, les images de l’altercation entre Patrice Evra et Domenech ont fait le tour du monde comme cette fameuse scène du bus où ce même Raymond lira tel une victime une lettre signée des preneurs de bus en otage. Alors que la Coupe du monde au Brésil se profile 4 ans après, l’ex-attaché de presse de l’équipe de France revient sur cet épisode tragique du football français dans un livre intitulé: « Knysna: Au coeur du désastre des Bleus en Afrique du Sud »

Synopsis:

F. Manardo, l’ancien responsable de la communication de l’équipe de France de football, révèle les dessous de l’affaire Knysna ou ce qui a conduit les joueurs à faire une grève de l’entraînement durant la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. Il dresse un portrait critique de l’entraîneur R. Domenech, qualifié de manipulateur, et donne une autre image des joueurs N. Anelka et P. Evra. Si plusieurs anecdotes sont sorties dans la presse, le récit de l’ancien chef de presse de l’équipe de France, François Manardo, est plus terrible encore.Voici quelques extraits!

Domenech, mauvais meneur d’hommes

A l’été 2010, un joueur me confia, au détour d’une conversation téléphonique, à quel point il avait été estomaqué par la froideur de Domenech, capable de dire à des cadres de l’équipe qu’il ne ferait pas jouer Yoann Gourcuff contre le Mexique parce que c’est un agneau. Et que les agneaux, on leur coupe la tête ! »
Le sélectionneur concentre les critiques de Manardo, même 4 ans après. Et celui-ci tient à répondre à son livre.  »En découvrant un passage du livre tout à son avantage, je l’ai retrouvé tel qu’en lui-même, avec cette manière unique de retourner les faits comme des crêpes. (…) Je vois chez Domenech une incroyable disposition à semer le trouble autour de lui, surtout lorsque l’étau se resserre. » Et même pire :  »Raymond Domenech n’est jamais à court en termes de faute de goût, même au milieu des ruines. »

Anelka n’en pouvait plus

Coupable d’avoir insulté Domenech à la mi-temps de France-Mexique, puis exclu du groupe, Nicolas Anelka se sentait mal depuis longtemps au sein de cette équipe. Parti le voir dans sa chambre, François Manardo écoute le joueur, qui lui répond :  »Ça fait un moment que j’ai envie de me barrer, que je me demande ce que je suis venu faire là. Depuis le début, il (Domenech) nous exaspère avec ses leçons à deux balles. Il a fait venir Onesta (sélectionneur de l’équipe de France de hand) et Diagana (champion du monde d’athlétisme) à Tignes pour nous parler de la gagne, parce que lui n’a jamais rien gagné ! Tout le groupe avait trouvé ça pathétique. »

« C’est mon épouse qui m’a convaincu de rester. Je lui ai dit que j’étais dégoûté par le coach parce que j’avais le sentiment qu’il m’avait pris pour un con. On n’a pas d’identité de jeu, il change de composition tout le temps, on n’a aucun style. Il est venu me voir chez moi, à Londres, avant la Coupe du monde. Il m’a dit qu’il voulait faire de moi l’attaquant de pointe des Bleus. Je lui ai dit que ce n’était pas mon jeu, que j’étais un joueur qui avait besoin de dézoner, que j’avais besoin de profondeur pour m’exprimer, avec un avant-centre devant moi. Et voilà le résultat. Je joue comme une merde dans son système et je ne sers à rien à l’équipe. »

Le Livre est paru le 25 avril aux éditions « Les Arènes » au prix de 18,50 euros