Critique de la semaine

Découvrezlelivre:« Jeu,setetcash »

La dernière fois que l’on a vu Michaël Llodra, c’était aux côtés de l’équipe Belge lors de la finale de la Coupe Davis face à la Grande-Bretagne. Il s’était alors improvisé en tant que consultant après avoir raccroché les raquettes en 2014. Même si « Mika » n’est pas le joueur de tennis le plus connu de sa génération, il a notamment atteint la 21ème place mondial en simple mais s’est surtout révélé comme le meilleur joueur de double de l’histoire du tennis tricolore. En effet, le gaucher a remporté 3 tournois du Grand Chelem en double (deux fois avec Fabrice Santoro et une fois avec Arnaud Clément) et a atteint la troisième place mondiale. Mais plus que son niveau tennistique, c’est bien sa bonne humeur et son charisme que l’on a observé de nombreuses fois en Coupe Davis qui a fait de Michaël Llodra l’un des joueurs de tennis les plus appréciés du public français. Un an à peine après avoir pris sa retraite des courts de tennis, il a décidé d’écrire son autobiographie dans laquelle il nous raconte de nombreuses anecdotes aussi bien sur lui que sur le monde du tennis qu’il a côtoyé pendant 15 ans.

Synopsis:

Fils d’un ancien joueur de foot du PSG, Michaël a failli choisir le ballon rond avant de s’orienter vers le tennis, sport qu’il pratiquait avec son meilleur ami. Marié très jeune et père de trois enfants, il raconte dans ce livre comment il a réussi à concilier sa vie de famille et la folie du circuit international. Au cours de sa longue carrière, il a connu et affronté les meilleurs joueurs du monde sur plusieurs générations, de Sampras à Federer en passant par Nadal ou Agassi, ainsi que le top du tennis hexagonal. Dans cette autobiographie, s’il retrace son parcours tumultueux jalonné de polémiques parfois suscitées par son franc-parler légendaire, il révèle surtout des anecdotes édifiantes sur les Forget, Pioline, Santoro, Gasquet, Tsonga, Monfils,…Et plaide en faveur de la revalorisation du double, sa grande spécialité, très apprécié du public mais chichement doté et délaissé par les sponsors et les télévisions. Michaël Llodra, tennisman français de 35 ans, ancien numéro 20 mondial en simple, figure parmi les plus grands joueurs de double du monde. En fin de carrière en simple, il espère, de retour de blessure, revenir au plus haut niveau en double et retrouver sa place au sein de l’équipe de France de Coupe Davis. Amorçant sa reconversion, il fait partie du team de consultants de France Télévision.

Avec la collaboration de Guillaume Evin, journaliste indépendant et auteur de nombreux ouvrages, ce bouquin vous offrira un aperçu des relations en Coupe Davis ou sur le circuit très concurrentiel de l’ATP.

Voici quelques extrait

L’homosexualité sur le circuit: La planète tennis est sexuellement assez conventionnelle. Peu d’aventures, peu de flirts entre joueurs du même sexe. Aujourd’hui, parmi les 100 premiers du classement, je serais bien en peine de citer un nom de joueur gay. 

En revanche, chez les filles, l’homosexualité est nettement plus répandue, même si le phénomène a peut-être tendance à refluer ces derniers temps sous l’effet du décloisonnement des tournois féminins, désormais arrimés aux mêmes dates que les tournois masculins. Est-ce que les joueuses étaient naguère plus facilement lesbiennes parce qu’elles ne pouvaient pas avoir une vie sentimentale « classique », étant constamment en déplacements, et qu’elle vivaient en circuit fermé ? Peut-être.

Le tout-puissant Tsonga: Le drame en France tient au fait que le capitaine de l’équipe, dont le nom est soumis par la Fédération, doit être en réalité adoubé par les joueurs présumés majeurs de la sélectionSachant que certains, Tsonga, Gasquet, Simon, Monfils, comptent plus que d’autres et que l’un d’eux (Tsonga) pèse autant sinon plus que les trois autres réunis, je pense sincèrement que le système de nomination du capitaine doit changer.

Sortie le 25 novembre chez les éditions Du Moment au prix de 16,95 euros