Dossier

Cesgrandesvillesquin’ontjamaisorganisélesJOd’été

Avec le retrait officiel de la capitale hongroise, Budapest, il ne reste plus que deux villes candidates pour l’organisation des Jeux Olympiques d’été 2024: Paris et Los Angeles. Ces deux mégalopoles ont déjà accueilli deux fois la flamme olympique. C’était en 1900 et 1924 pour la capitale française et en 1932 et 1984 pour la « Cité des Anges ». Néanmoins, si une de ces deux villes sera pour la troisième fois la capitale du monde pour 2 semaines, certaines grandes villes n’ont jamais eu la « chance » de devenir hôte des JO d’été. Ainsi, E-TV Sport a mené sa petite enquête et va vous présenter les raisons pour lesquelles certaines cités n’ont pour l’instant pu voir les Jeux qu’à la télévision!

New-York

Cela peut paraître étonnant mais l'une des plus grandes villes du monde n'a jamais accueilli les Jeux Olympiques d'été. Si les Etats-Unis, pays de sport par excellence, ont déjà organisé les Jeux à Los Angeles deux fois (1932, 1984) et à Atlanta (1996), "Big Apple" n'a jamais eu ce privilège. Les new-yorkais y ont cru en 2005 lorsque leur ville s'est portée candidate pour l'édition 2012. Avec l'assurance, qui sied si bien aux américains, New-York ne pouvait que remporter la mise. Malheureusement, l'absence de stade olympique ainsi que la concurrence de Londres et Paris auront raison de la candidature de la ville symbole des USA.

Chicago

Troisième ville des Etats-Unis, Chicago n'a jamais organisé les Jeux Olympiques. Pourtant 2016 semblait être la bonne! Après l'échec New-York en 2012, "Windy City" voulait rétablir l'honneur des américains. Malheureusement, ce fut encore raté. Et la capitale de l'Illinois n'avait pas lésiné sur les moyens et notamment sur les soutiens. En effet, le Président des Etats-Unis, Barack Obama et son épouse Michelle ou encore la superstar du basketball, Michael Jordan, avaient bien tenté de convaincre le CIO mais cela n'a pas été suffisant. Comme quoi, compter sur la personnalité politique la plus puissante ainsi que sur le sportif le plus connu au monde ne fait pas tout.

Washington

Pour devenir ville olympique, il vaut mieux être une capitale. Ainsi, comment ne pas évoquer le cas de Washington DC, capitale fédérale du pays le plus puissant au monde. Jamais candidate, DC pourrait bien remporter la mise en 2024. Ainsi, un comité nommé "DC 2024" a officiellement lancé le 29 août 2013 son site internet. Il vise à promouvoir la candidature de Washington aux Jeux Olympiques d'été de 2024 avant la remise éventuel d'un dossier au comité olympique américain en 2015, dernière étape avant une candidature officielle au Comité International Olympique.

Madrid

On pouvait presque s'y attendre lorsque le verdict est tombé le samedi à 22h. Madrid n'organisera pas les JO de 2020. A l'heure actuelle, on se demande même si Madrid organisera un jour les Jeux Olympiques d'été. En effet, la capitale espagnole reste sur trois échecs consécutifs. Une spirale de la défaite qui commence à peser dans la tête des espagnols et des madrilènes. Eux qui ne sont pas vraiment pas habitués à perdre lorsque l'on parle sport. Même l'idole nationale, Rafael Nadal, en a gros sur la patate: "C’est très dur et fatiguant pour nous car le pays et la ville de Madrid ont énormément travaillé pour avoir une chance à plusieurs reprises. Nous pensons que nous le méritions, j’étais déçu car je sentais que nous étions bien placés, tout le pays était très impliqué, a ajouté Nadal. Je ne pense pas que ce soit 100% juste que nous soyons éliminés au premier tour alors que nos rivaux n’ont pas présenté autant de candidatures que nous". Une candidature en 2024 paraît difficilement envisageable.

Milan

L'Italie s'est déjà vu offrir les Jeux Olympiques en 1960. C'est la ville éternelle et au passage, la capitale, Rome qui a jouit de ce privilège en 1960. Alors que 2020 aurait pu voir Rome se présenter et peut-être s'imposer devant Tokyo, le gouvernement de l'époque mené par Mario Monti avait décidé de se retirer pour des raisons économiques. Avec le victoire de la capitale nippone, l'Italie compte bien s'immiscer dans la course pour l'organisation des JO en 2024. Reste à savoir qui de Rome ou de Milan, la capitale économique du pays, pourrait être choisie comme candidat italien. Car des voix s'élèvent déjà pour que la ville de Lombardie fasse également acte de candidature, en proposant de développer les infrastructures créées à l'occasion de l'exposition universelle de 2015. Affaire à suivre...

Saint-Petersbourg

Depuis 1980 et les Jeux de Moscou, la Russie n’a plus organisé de JO d’été et ce, malgré une candidature pour 2012. Quelques années auparavant, au milieu des années 1990, Saint-Petersbourg avait également soumis un projet au CIO pour l’Olympiade de 2004. Cependant, l’institution olympique de Lausanne n’avait pas donné suite au projet russe, ne sélectionnant même pas la candidature dans la short-list finale. Depuis ces échecs, les choses ont bien changé : La Russie a obtenu les Mondiaux d’Athlétisme 2013, la Coupe du Monde de football 2018 et entre temps, les Jeux Olympiques d’hiver de février 2014, à Sotchi. Ainsi, la roue semble avoir tournée en faveur des candidatures russes et Saint-Petersbourg pourrait avoir une belle carte à jouer pour les JO 2024!

Buenos Aires

Après l'obtention des JO 2016 par le Brésil, l'Argentine et sa capitale Buenos Aires pourraient attendre encore quelques années du fait de l'alternance des continents. Néanmoins, le président du COA (Comité Olympique Argentin) souhaite la candidature de la capitale argentine pour 2024. Pour attendre et se consoler, Buenos Aires accueillera les Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2018.

Et l'Afrique dans tout ça? (Durban en photos)

Seul continent à ne pas avoir accueilli les athlètes du monde entier, l'Afrique pourrait bientôt réparer cette erreur. Le 9 août, Raila Odinga, Premier ministre kényan, a déclaré à Londres que Nairobi, la capitale du pays, se porterait candidate pour organiser les Jeux de 2024. Casablanca (Maroc) et Durban (Afrique du sud) devraient également déposer une candidature. Mais l’Afrique est-elle capable d’accueillir les Jeux dès 2024? L'Afrique non mais l'Afrique du Sud, oui! Avec un PIB de plus de 400 milliards de dollars (environ 322 milliards d’euros), le pays n’aurait aucun problème à financer l’évènement. Economiquement l'Afrique du Sud est stable, politiquement aussi. Ces deux conditions sont indispensables quand on veut accueillir les Jeux. Pays-hôte de la Coupe du monde 2010, l’Afrique du Sud est le premier pays africain à accueillir un évènement sportif majeur. «Cela prouve qu’ils ont une capacité d’organisation», affirme Wladimir Andreff. Cette première expérience concluante est un atout non-négligeable pour le pays et cela pourrait bien découler sur une victoire à venir de l'Afrique du Sud et de tout le continent africain!

Les commentaires sont fermés.