Smash of the day

Tsonganeverrapasl’Australie

Depuis 2007, c’était le seul tournoi du Grand Chelem que Jo-Wilfried Tsonga avait refusé de ne pas jouer! En effet, il y avait un lien étroit entre le tournoi australien et le numéro 1 tricolore depuis cette fameuse épopée de 2007 qui l’avait vu éliminer Rafael Nadal lors d’un match phénoménal en demi-finale et s’incliner fort logiquement en finale face à un jeune Novak Djokovic. Connu pour aimer les joueurs sympathiques et toujours prêt à faire le show, le public australien adorait « Jo ». Et celui-ci ne manquait pas de leur rendre la pareille en réalisant ses meilleures performances sur la Rod Laver Arena. Si l’on a cru quelques semaines que Tsonga pourrait défendre ses chances en Océanie, il n’en est donc finalement rien. La cause? Une inflammation à l’avant-bras droit qui devrait nécessiter plusieurs semaines d’indisponibilité. De ce fait, on ne devrait pas revoir la carcasse de Jo-Wilfried Tsonga raquette à la main avant la mi-février et le déplacement de l’équipe de France en Allemagne pour le premier tour de la Coupe Davis. Un maillot bleu qu’il reportera pour la première fois depuis le fiasco lillois face à la Suisse. Depuis, il y a eu l’IPTL, tournoi exhibition asiatique et ses gains exorbitants. Et pour disputer ces quelques matchs sans enjeu et malgré une blessure déjà bien présente, Jo-Wilfried Tsonga n’avait pas dit non à son chèque d’un million d’euros!