Dossier

Top5desplaquageslespluslimitesdel’histoiredurugby

Alors que le Tournoi des Six Nations 2018 va bientôt débuter et que le Top 14 ainsi que la Champions Cup sévissent toutes les semaines, il n’est pas rare d’observer sur ces différents terrains des tampons qui laisseraient le commun des mortels sur le carreau. Néanmoins, les rugbymen se relèvent encore et toujours. Et pourtant parfois, on se demande ce qu’il se passe dans la tête de certains joueurs pour réaliser de tels gestes. Ainsi, on a vu ce weekend lors du match Racing 92-ASM un choc monstrueux entre le jeune ailier clermontois Samuel Ezeala (18 ans) et Virimi Vakatawa, lancé à pleine vitesse. K.O, Ezeala a repris connaissance après quelques minutes.


De ce fait, E-TV Sport a souhaité revenir sur les plaquages les plus limites de l’histoire!

5) Le plaquage dit du « sac à patate »

Lors de la tournée d’été en 2013, le Pays de Galles affronte l’Australie. Isral Folau se souvient encore de sa rencontre avec George North. La preuve en vidéo!

4) Le plaquage cathédrale de Sam Warburton

On reste avec les hommes en rouge du Pays de Galles. Coupe du monde 2011, demi-finale entre la France et le XV du Poireau. Au bout de 17 minutes de jeu, le capitaine gallois, Sam Warburton se verra indiquer la sortie par l’arbitre après un plaquage cathédrale sur l’ailier français, Vincent Clerc.

3) Siviteni Sivivatu envoie valser un adversaire

Avant de faire le bonheur de Clermont puis du Castres Olympique, le Fidjien Sivivatu évoluait en Super 14 avec les Chiefs. Et un joueur des Cheetahs s’en souvient encore!

2) Après le plaquage à retardement, voici le plaquage en avance

Leon Bott, auteur de ce plaquage enverra le pauvre plaqué à l’hôpital pour une rupture de la rate.

1) Fritz Lee, Robespierre du rugby

Sur cette action, le Gallois Luke Hamilton se fait littéralement découper la tête par le Samoan, aujourd’hui à Clermont!