Dossier

Retoursurunmonstredusport:KatarinaWittalias« KatarinatheGreat »

Toute la semaine, la ville tchèque d’Ostrava accueille les championnats d’Europe de patinage artistique. L’occasion pour les meilleurs patineurs et patineuses du Vieux continent de briller dans une compétition relevée et prestigieuse. Si côté masculin, l’objectif sera de faire tomber l’Espagnol Javier Fernandez, quadruple champion d’Europe en titre, chez les femmes, l’école russe sera encore au rendez-vous et sera difficile à déloger après 3 titres d’affilés pour 3 athlètes différentes. Actuellement, il est difficile de ressortir une patineuse qui domine en Europe. Qu’il est loin le temps où une jeune athlète de République Démocratique Allemande du nom de Katarina Witt remportait tout sur son passage sur la glace. En effet, avec 6 titres européens à la suite entre 1982 et 1988, « Katarina the Great » s’imposait comme une star de sa discipline mais aussi du sport mondial. Car la patineuse remportera également 2 titres olympiques ainsi que 4 médailles d’or mondial sur la même période. Mais plus que son niveau exceptionnelle sur des patins, Katarina Witt sera une icône de la RDA mais aussi du glamour et enfin fera par la suite une carrière devant la caméra. Ce sont pour toutes ses raisons qu’E-TV Sport a décidé de revenir sur ce monstre du sport !

Une patineuse née 

En 1965 du côté de Staaken, partie de Berlin aujourd’hui, naît la petite Katarina, fille d’un vendeur de semences agricoles et d’une physiothérapeute hospitalière. Elle déménage rapidement en Saxe dans la ville de Karl-Marx-Stadt, rebaptisée Chemnitz après la Seconde Guerre Mondiale. Là-bas, elle va à l’école dans une « Kinder und Jugendsportschule », une sorte de Sport-étude pour jeune talent que l’on retrouve en Union Soviétique. Cette ville étant la place forte du patinage allemand, « Kat » s’oriente rapidement vers cette discipline et à l’âge de 5 ans elle se fait repérer. La jeune Katarina est alors prise en main par Jutta Müller qui lui inflige un entraînement très dur physiquement et mentalement, une coach de renom.

Une domination sans partage

Avec une méthode de stakhanoviste imposée par son entraîneur, à savoir 7 heures par jour sur la patinoire, Katarina s’impose rapidement en RDA mais aussi au niveau européen puis mondial. De 1982 à 1988, Witt ne laisse que des miettes à ses adversaires en remportant entre autres, quatre fois le Championnat du monde, deux médailles d’Or Olympiques (1984 et 1988) ou encore six fois le Championnat d’Europe.

Si à la base, Katarina est une superbe technicienne, elle fera surtout la différence par ses qualités artistiques. En effet, celle-ci faisait l’évènement à chaque programme avec des thèmes qui engendraient des tenues, des coiffures ou encore des musiques superbes. Ainsi, on peut citer Carmen, West Side Story, Robin des Bois, The Schindler’s List, programmes patinés sur des musiques de Michael Jackson, Prince,…

Une après-carrière riche de nombreuses expériences

En 1994, à l’âge de 29 ans, Katarina Witt prend sa retraite et celle-ci décide de créer sa propre société « With Witt Sports & Entertainments » qui lui permet de monter ses propres tournées. De plus, sa plastique avantageuse lui permet de jouer dans de nombreuses publicités mais aussi de devenir l’égérie du photographe Vandystadt et enfin de poser nue dans le magazine Playboy en décembre 1998.

Katarina Witt s’est également essayée au cinéma en apparaissant dans des séries américaines « Tout le monde aime Raymond » ou « V.I.P » (saison 2) mais aussi des long-métrages comme la comédie dramatique « Jerry Maguire » avec Tom Cruise et Renée Zellweger et le thriller « Ronin » avec Robert de Niro et Jean Reno.

Une carrière bien remplie pour cette jeune fille qui est née en Allemagne de l’Est mais qui a toujours été attirée par les lumières de l’Ouest !