Le saviez-vous

Qu’est-cequele« KissandCry »?

Pendant la nuit, les Jeux Olympiques de Pyeongchang ont vécu un grand moment avec le duel intense que se sont livrés les duos Tessa Virtue/Scott Moir et Guillaume Cizeron/Gabriella Papadakis en danse sur glace. Si au final les Canadiens ont décroché leur deuxième titre olympique, 8 ans après celui à Vancouver, les Français ont réalisé un programme libre grandiose. Ainsi, malgré une deuxième place finale, il y avait beaucoup de fierté et de satisfaction lors de la réception des notes dans le « Kiss and Cry ». E-TV Sport a décidé de vous en dire plus sur cette expression qui revient encore et encore lors des compétitions de patinage !

Pour tous les fans de patinage artistique, cette expression évoque un moment bien connu d’une compétition. En effet, le « Kiss and Cry » désigne l’endroit où, le plus souvent assis sur un banc, les patineurs et patineuses attendent avec impatience l’appréciation des juges sous le regard des caméras et des spectateurs. Ce nom n’est pas un hasard et cela vient tout simplement du fait que les patineurs, accompagnés de leur coach, s’embrassent ou alors pleurent selon la note donnée. Cet espace est souvent décoré avec des fleurs ou un autre décor un peu « kitsch » afin que les caméras et les appareils photos immortalisent le moment sur un fond élaboré.

Ce terme est né lors des championnats du monde de patinage artistique d’Helsinki en 1983 lorsqu’une officielle finlandaise de la compétition, Jane Erkko, a utilisé cette appellation pour désigner cet endroit aux techniciens de la télévision. Aux JO d’hiver de Sarajevo en 1984, c’est la première fois que l’endroit est spécialement créé. Depuis, cette expression est apparue dans les règles du patinage artistique et cela a permis de populariser le patinage artistique à la télévision.

Ce terme est désormais employé dans d’autres disciplines comme le snowboard et ski dans les épreuves qui justifient la présence de juges, notes et donc d’attente. (Ici Shaun White lors de l’épreuve de Halfpipe des JO de Sotchi en 2014)