Le saviez-vous

Quandunchampiondumonden’ajamaisreçusamédaille

Au premier abord cette histoire semble cocasse et impensable surtout de nos jours où un tel évènement sportif est retransmis en direct à la télévision et où la cérémonie de remise des médailles a lieu sous nos yeux ébahis et nos oreilles conquises par l’hymne nationale qui va avec. Ainsi, vous comprendrez que cette anecdote ne date pas d’hier!

En effet, replongeons-nous en 1931 et plus particulièrement lors des championnats du monde de gymnastique disputés à Paris dans le cadre de l’exposition coloniale. Lors de cette compétition, un gymnaste tchèque du nom de Alois Hudec se distingue en remportant le concours général individuel et en s’adjugeant la victoire aussi dans quatre épreuves: aux barres parallèles, à la barre fixe, aux anneaux et au grimper. Alors âgé de 23 ans et au sommet lors des premiers mondiaux de sa discipline. Et pourtant, celui-ci repartira de la capitale française sans aucune de ses breloques. Et ce n’est pas son titre olympique obtenu 5 ans plus tard à Munich sous les yeux d’Adolf Hitler qui y changera quelque chose et qui les remplacera.

Hudec l’explique alors dans son carnet personnel: « La personne chargée de la remise (de la médaille) a indiqué que la Banque nationale avait interdit l’exportation de l’or et que la médaille et les pendentifs (NDLR: les médailles d’argent remis pour la victoire dans les épreuves par agrès) seraient livrés plus tard. Mais ce n’est jamais arrivé ». Ainsi, une lettre, signée notamment par Mme Caslavska (septuple championne olympique de gymnastique en 1964 et 1968 et grande admiratrice des exploits de Hudec) et par plusieurs journalistes sportifs praguois connus, a ainsi été envoyée il y a plusieurs semaines aux dirigeants de la Fédération Internationale de Gymnastique (FIG) et de la Fédération française (FFG).

Si celle-ci est restée pour le moment sans réponse, il serait tout à fait normal que la famille du sportif, décédé en 1997, obtienne réparation et que toute les fans de gymnastique en République Tchèque puisse se réjouir d’une telle récompense et d’un hommage à titre posthume!