Dossier

Cessportifsquiontcriévictoireunpeutroptôt

La victoire, voilà ce que recherche tous les sportifs de haut niveau quelque soit la discipline pratiquée! Dans le cas des sports individuels où le champion doit passer la ligne d’arrivée en premier, l’envie de gagner peut parfois déconcentrer voire rendre « fou ». Ainsi, il n’est pas rare que les champions se voient gagner un peu trop vite et finissent par se faire dépasser sur la ligne ou encore oublient qu’ils ont encore un tour à effectuer. Ce fut le cas hier lors de la 5ème étape du Giro d’Italie avec le cycliste slovène, Luka Pibernik, qui a célébré une hypothétique victoire alors qu’il restait un tour à parcourir et un peu moins de six kilomètres à parcourir. Il a fallu plusieurs secondes au Slovène de la Bahrain-Merida pour réaliser son erreur, avant d’être avalé par le peloton.

Un moment insolite qui nous a forcément fait penser à ces moments où une célébration précoce peut se terminer en eau de boudin.

Ross Barkley célèbre avant de marquer

En effet, lors d’un match de Premier League, le joueur d’Everton, Ross Barkley, avait effacé avec une facilité déconcertante le gardien adverse et s’était alors retrouvé face au but vide. Et au lieu de mettre le but et de le célébrer comme le veut la tradition, celui-ci avait carrément levé les bras au ciel avant d’inscrire son but.

Grosse confiance sur ce coup-là

Ce sont les disciplines qui entraînent la participation de juges qui peuvent entraîner une déconvenue pour les sportifs. Ainsi, en escrime ou en boxe, on a déjà eu le droit à quelques exemples. Lors des JO 2016, la tireuse française, Manon Brunet, pensait tenir sa place en finale après une touche mais c’est finalement à une quatrième place décevante qu’elle avait terminé. Mais sa minuscule joie n’était rien face à l’immense confiance dont avait fait preuve le boxeur chinois LV Bin après son combat face au Kenyan Peter Warui. Malheureusement, c’est bien le bras de son adversaire qui avait été levé par l’arbitre…un moment qui nous avait fait clairement mal au coeur!

Le tour de trop ou de « pas assez »!

Lors des championnats du monde Espoirs 2016 de cyclo-cross, Adam Toupalik a levé les bras un tour avant la fin de la course. Repris par deux Belges, le malheureux terminera malgré tout à la seconde place du podium.

« Quelqu’un m’a crié qu’il s’agissait du dernier tour. Je ne m’étais pas du tout concentré sur les numéros affichés à la ligne auparavant et j’ai donc tout donné. Je me répétais sans cesse dans ma tête que c’était le dernier tour ».

En mai 2014, Eloy Teruel pensait avoir gagné une étape du Tour de Californie. En effet, le cycliste espagnol a levé les bras en franchissant la ligne d’arrivée… avant de se rendre compte que le peloton poursuivait son effort et qu’il lui restait un tour à accomplir. Forcément cramé par son effort, le pauvre homme n’a terminé qu’à la 56e place de l’étape!

Oublier ses adversaires

En mai 2014 lors du 800m du meeting de Shanghai comptant pour la Diamond League, Taoufik Makhloufi a fait une erreur de débutant levant les bras trop tôt et en se faisant coiffer au poteau par un Kenyan. Résultat des courses: Taoufik Makhloufi, un peu honteux, n’arrive que deuxième derrière Robert Biwott. Et l’on ne peut pas parler de manque d’expérience car Makhloufi est champion olympique du 1500m en 2012 à Londres!

La même mésaventure est arrivée à un jeune athlète d’une université d’Oregon aux Etats-Unis en avril 2015. En effet, à quelques mètres de la fin, Tanguy Pepiot, a levé les bras en l’air en signe de triomphe pour que la foule de plus de 3.000 personnes applaudisse. Malheureusement, il a crié victoire trop vite. Ce mouvement l’a ralenti et Simon Meron, son plus proche concurrent, en a alors profité pour effectuer un dernier sprint et le devancer. Une erreur de jeunesse!