Dossier

Cesgrandesnationsdufootquiontloupéunecompétitioninternationale

Même si les chances étaient minimes hier soir au coup d’envoi du match entre les Pays-Bas et la République tchèque, tous les fans de football européen souhaitaient que les « Oranges » créent l’exploit et parviennent à rester en course pour le prochain Euro 2016 par la voie des barrages. Et pourtant, on y a pas cru longtemps du fait des adversaires du soir qui ont mené 3-0 (avant d’encaisser 2 buts en fin de match) et surtout car de son côté la Turquie a fait le boulot face à l’Islande en s’imposant 1-0. Troisième de la dernière Coupe du monde, les Pays-Bas ne seront pas présents lors d’une grande compétition depuis leur échec à se qualifier pour la Coupe du monde 2002. Cela n’est pas si loin vous me direz mais si la déception doit être une nouvelle fois grande pour les Néerlandais, ils peuvent toujours se consoler en repensant aux autres grandes nations qui ont loupé elles-aussi un Euro ou une Coupe du monde. Car la France, l’Angleterre ou encore l’Italie ont aussi connu cette amère expérience. E-TV Sport revient sur ce qui ressemble bien à une humiliation!

L’Italie, privée d’Euro 1992

Deux ans auparavant, l’Italie accueille la Coupe du monde sur son territoire. Si la Mannschaft de l’Ouest s’impose et rajoute une troisième étoile sur son maillot, la Squadra Azzura, elle, finit à une belle troisième place. Alors quand se présentent les qualifications pour l’Euro 1992, personne ne pense que la sélection italienne ne sera pas de la patrie. Dans un groupe plus qu’à sa portée avec la Norvège, l’URSS, la Hongre et Chypre et avec des clubs italiens au sommet du football européen (présence d’un club italien lors de 9 des 10 finales de Ligue des champions entre 1989 et 1999), cela ressemble à une formalité.

841b57534f34

Pourtant, la campagne de qualification pour l’Euro 92 tourne inexplicablement au fiasco. Malgré des joueurs à fort potentiel et guidés par Salvatore Schillaci (meilleur joueur et meilleur buteur du Mondial 1990) et Roberto Baggio (qui sera Ballon d’or en 1993, puis 2e en 1994), la Squadra Azzurra commence avec deux nuls en Hongrie (1-1) et contre l’URSS (0-0) qui vont rapidement la mettre en danger. Le sélectionneur Azeglio Vicini est sur la sellette et en dépit de deux victoires à Chypre (4-0) et contre la Hongrie (3-1), la Nazionale s’incline en Norvège (1-2), ce qui la contraint à gagner en URSS pour espérer se qualifier. Les Italiens n’y parviendront pas, ne ramenant qu’un triste nul (0-0) du stade Loujniki. Alors qu’il lui reste encore deux matches à jouer dans ces éliminatoires, l’Italie est privée d’un championnat d’Europe où elle figurait parmi les grandissimes favoris!

La France maudit encore la Bulgarie et Kostadinov

Après avoir loupé la Coupe du monde 1990, pas question de ne pas mettre le pied aux USA pour l’édition de 94. Après un Euro plutôt bof (éliminé au premier tour), les Bleus peuvent compter sur de nombreux joueurs vainqueurs de la C1 en 93 avec l’Olympique de Marseille dont Jean-Pierre Papin (Ballon d’or 1991) et aussi des joueurs du PSG dont « El magnifico » David Ginola.

À deux journées de la fin des éliminatoires, l’équation est simple pour les hommes de Gérard Houllier : ils doivent prendre au minimum un point (sur six possibles) face à Israël et la Bulgarie qu’ils reçoivent au Parc des princes. À la surprise générale, les Bleus s’inclinent face aux Israéliens (2-3) avec un but encaissé dans les derniers instants. Le dernier match face à la Bulgarie prend des allures de film d’horreur. Malgré l’ouverture du score rapide de Cantona, les Bulgares égalisent dans la foulée avant de planter le coup fatal à l’ultime minute du temps additionnel, sur un contre de 80 mètres joué en trois passes et conclu par Kostadinov. Un cauchemar qui a marqué à jamais l’histoire du football français!

L’Angleterre voit lui échapper une Coupe du monde et un Euro

Demi-finaliste de la Coupe du monde 1990, l’Angleterre se voit comme un potentiel vainqueur de l’édition 1994 chez le cousin américain. Et pourtant rien ne se passera comme prévu lors des qualifications avec dans son groupe les Pays-Bas et la Norvège notamment. Malgré des vedettes comme Alan Shearer, Paul Ince ou John Barnes, la sélection au « Three Lions » finira troisième et donc pas qualifier pour les USA. Pour une fois, la France et l’Angleterre seront dans le même bateau mais pas celui vers l’Amérique du Nord!

Avant l’Euro 2008 disputé en Autriche et en Suisse, l’Angleterre est au plus haut avec des clubs qui dominent en Champions League (entre 2005 et 2011, il y a au moins un représentant anglais dans 6 des 7 finales de Ligue des champions). En 2008, le summum est même atteint avec une confrontation 100 % britannique pour désigner le vainqueur de la C1 (Manchester United-Chelsea : 1-1, tab 6-5). Problème, les clubs anglais brillent grâce à leurs étrangers et les joueurs anglais de classe mondiale sont peu nombreux.

Et ce qui devait arriver arrive lors des qualifications pour l’Euro 2008. Malgré Lampard, Gerrard ou encore Terry et Rio Ferdinand, l’Angleterre guidée par le sélectionneur Steve McClaren, n’arrivera pas à s’extraire de son groupe composé de la Russie, la Croatie, la Macédoine, l’Estonie, Andorre et Israël. Pire, la sélection anglaise connaîtra elle aussi son France-Bulgarie lors du match face à la Croatie à Wembley.